Pourquoi ce site ?

Chercheurs en sciences sociales et praticiens du développement s’ignorent souvent. Des deux côtés, certains d’entre eux ont vécu des expériences difficiles de collaboration. Pourtant, la question du rapport entre connaissance et action, entre sciences sociales et pratique, est au cœur des débats sur le développement.

La pratique du développement n’est pas une science, c’est un art des possibles, qui se déploie dans des jeux d’acteurs complexes, dans une méconnaissance partielle des situations et des enjeux, dans des environnements institutionnels incertains, au sein de contraintes opérationnelles et contractuelles souvent fortes. C’est une « intervention dans des systèmes dynamiques » (Bierschenk), dans des espaces marqués par des rapports sociaux et une histoire, dans des rapports ambivalents, souvent complexes, avec l’Etat et le système d’aide. Une intervention à fortes dimensions interculturelles, partie prenante de rapports internationaux ambigus, faits de domination et de méconnaissance.

La pratique du développement est une intervention sociale et politique, autant sinon plus que technique. Penser l’intervention, du côté chercheur comme du côté praticien, suppose d’en questionner les enjeux sociaux et politiques, d’en penser ensemble les dimensions technico-économiques et socio-politiques.

C’est à partir d’’une pratique d’agro-économiste travaillant dans une Ong, le GRDR, que je me suis intéressé aux sciences sociales et suis devenu un chercheur anthropologue s’intéressant au développement et aux pratiques des développeurs, et ayant une pratique d’expertise. Ma thèse, à l’EHESS Marseille, sous la direction de J.P. Olivier de Sardan, et mon investissement dans l’APAD, ont marqué ce basculement.

Après avoir travaillé plus de 15 ans au Gret, en tant que chargé de programme sur l’irrigation, puis le foncier, et enfin en tant que Directeur scientifique, j’ai passé 3 ans au LASDEL, au Niger, dans le cadre d’un accueil à l’IRD, puis j’ai rejoint l’IRD en novembre 2011, où je suis directeur de recherches à l’UMR GRED.

Du fait de ma trajectoire, j’’ai développé une pratique de recherche en socio-anthropologie du développement qui, du fait de son origine, a toujours eu le souci de son utilité sociale.

Plus qu’une anthropologie « appliquée », qui répondrait à des commandes, j’ai tenté de pratiquer une anthropologie « impliquée », qui cherche à la fois à produire des connaissances originales sur des « objets d’’interface » entre dynamiques sociales et interventions de développement, et à « socio-anthropologiser » les cadres de références des acteurs de l’action publique, praticiens du développement et décideurs politiques, en m’impliquant dans ce que J.F. Baré appelle « l’accompagnement de l’information anthropologique ».

Une telle « anthropologie impliquée » tente de croiser les deux fonctions de « dévoilement » et « d’accompagnement » des sciences sociales. Elle suppose de trouver un équilibre dynamique entre :
– une recherche rigoureuse, ancrée dans les développements les plus récents de la socio-anthropologie et des sciences sociales, et dans des collaborations nombreuses avec le monde académique,
– et une mobilisation de la connaissance anthropologique au service d’une action réfléchie, qui cherche à prendre en compte la complexité, qui assume l’ambigüité de l’intervention et ses contradictions sans s’en satisfaire.

Sur chacune des thématiques que j’ai travaillées, j’ai croisé expertises, recherches empiriques, travaux de synthèse ou coordination d’ouvrages collectifs, publications de vulgarisation et encadrement d’’étudiants, accompagnement de praticiens dans des « capitalisations d’expériences » et interventions en formation universitaire.

Ce site a pour but de rendre plus accessibles ces travaux, d’explorer les conditions et modalités de mobilisation des savoirs et savoir-faire anthropologiques dans la pratique du développement, et ainsi de contribuer au décloisonnement entre chercheurs en sciences sociales et praticiens du développement et, plus, largement de l’intervention sociale.

2 réflexions sur “Pourquoi ce site ?

  1. Philippe,
    C’est une excellente initiative de creer ce site. Il est tres bien organisé. Toutes mes felicitations et bonne continuation. Madiodio

  2. philippe
    Félicitation pour cette excellente démarche de partage et de synergie scientifique, cela ne me surprend guère votre dynamisme car je vous ai connu en 1998 à Niamey lors d’un séminaire sur l’irrigation et le drainage organisé par PSI. Sidi Mohamed Hmeida

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s