Juillet 2016 – Prendre acte des contradictions de l’action publique, dans un dialogue critique avec ses acteurs

(Lavigne Delville Ph., 2011, Vers une socio-anthropologie des interventions de développement comme action publique, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, CREA, Univ Lyon II, pp.96-102) Des disjonctions entre cadrages de l’action publique et connaissances de sciences sociales Si « les professionnels du développement … ne savent pas comment faire le lien entre les analyses que nous…

Avril 2016 – Interroger l’action publique dans les pays ‘sous régime d’aide’

(d’après Baron C. et Lavigne Delville Ph., 2015, « Introduction », in Valette E.,  Baron C.,  Enten F., et al, ed., Une action publique éclatée ?, Nogent sur Marne, GRET/LEREPS, pp. 13-19) Le projet de recherche Le programme de recherche « Une action publique éclatée ? Production et institutionnalisation de l’action publique dans les secteurs de l’eau…

8 octobre 2015 – Accompagner la réflexivité des praticiens du développement : une expérience « d’anthropologie impliquée »

Accompagner la réflexivité des praticiens de la coopération au développement : une expérience « d’anthropologie impliquée », intervention au cycle de conférences « Innovations sociales : comment les sciences sociales transforment la société ? », MAPS/Université de Neuchâtel, 8 octobre 2015 Socio-anthropologue spécialisé sur l’aide au développement, j’ai longtemps travaillé dans une ONG professionnelle, avant de rejoindre le secteur…

2011 – Accompagner la réflexivité des praticiens : les « capitalisations d’expérience »

(extrait de Lavigne Delville P., 2011, Vers une socio-anthropologie des interventions de développement comme action publique, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches Univ Lyon II, Lyon, 210 p.) La « capitalisation d’expériences » n’a pas de définition stricte et recouvre des modalités variées de mise en œuvre. A la suite de Pierre de Zutter (1994), on peut…

1er janvier 2016 – En début de projet on ne sait pas grand-chose mais on peut tout faire….

« En début de projet on ne sait pas grand-chose mais on peut tout faire tandis qu’en fin de projet on ne peut plus rien faire mais on a tout appris ». Cette citation de Gilles Garel dans son petit ouvrage « le management de projet » (p.12) traduit bien le paradoxe structurel de tout projet, « processus concomitant où, au fur et à mesure des différentes phases d’avancement, les degrés de liberté diminuent tandis que le niveau de connaissance s’accroît » (idem).

15 décembre 2015 – Sociétés civiles et aide internationale : poser les contradictions et en débattre, pour tenter de les dépasser en partie

(extrait de la conclusion de Lavigne Delville P., 2015, Aide internationale et sociétés civiles au Niger, Paris/Montpellier/Marseille, Karthala/APAD/IRD) Les rapports entre aide internationale et sociétés civiles sont marqués, de part et d’autres, par de profondes insatisfactions. Les responsables d’OSC qui sont engagés dans leur organisation et cherchent à la faire vivre voient avec amertume les…

1998 – Environnement, dynamiques sociales et interventions externes : construire et gérer l’interface entre acteurs

Extrait de Lavigne Delville P., 1998, « Environnement, dynamiques sociales et interventions externes : construire et gérer l’interface », in Rossi G., Lavigne Delville P. et Narbeburu D., ed., Sociétés rurales et environnement, Paris, Bordeaux, GRET/REGARDS/KARTHALA, pp. 381-394. L’environnement : une notion polysémique, un objet de représentations Tout en découvrant ou redécouvrant la culture des « autres », nous avons…