2002 – Contre l’autisme des projets, analyser les pratiques préalables à l’intervention

Les projets de développement tendent à considérer qu’ils arrivent en terrain vierge et ont une lecture des réalités locales en termes d’absence, de manque.

Mais aucune intervention de développement n’intervient dans un terrain vierge. Face au « problème » identifié et auquel l’intervention est censée apporter une réponse, les acteurs ont – sauf exception – à leur disposition une série de possibilités et de recours. Même si ceux-ci sont limités, peu efficaces (ou en tous cas apparaissent comme tels aux yeux extérieurs), ils n’en existent pas moins. L’offre nouvelle apportée par l’intervention ne vient pas combler un vide, elle va s’insérer dans un ensemble pré-existant, élargissant la gamme des choix. En fonction des caractéristiques de cette nouvelle offre, par rapport à ce qui préexiste, les acteurs vont, en fonction de leur situation et de leurs propres critères de choix, faire évoluer leurs stratégies, et modifier leur façon de recourir à telle ou telle solutions.

Partir de cette hypothèse, et s’interroger sur les avantages et inconvénients de l’offre nouvelle, du point de vue des différents types d’acteurs, permet de mieux cibler l’action et d’éviter des échecs cuisants.

Télécharger la Note méthodologique

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s